Ce chapitre est en cours correction orthographique est syntaxique.


Une nouvelle jeunesse !

Ça y est, tout est prêt, la restauration peut commencer !
Et il y a du boulot !

On commence par le châssis.... brut de démontage, ça donne ça:



Au programme, démontage du par-choc avant, découpage à la disqueuse des 4 mains de par-choc, découpage de la traverse arrière, décapage intégrale du châssis, réfection du support de batterie rongé par l'acide de ses anciennes batterie, camouflage au mastique des anciennes soudure de la réparation du longeron gauche ( partit avant ), soudure et rivetage de 4 nouvelles mains de par-choc avant, d'un nouveau par-choc avant, et d'une nouvelles traverse arrière, bouchage de quelques trous dit " sauvage ", 1 couche d'apprêt antirouille brun rouge de type US, puis 2 couche de peinture olive drap US.






Voici les 4 mains de par-choc avant, à découper.




Avant d'entamer les découpes, je pratique quelques essaies de décapage, tout d'abord à la perceuse, équipé d'un embout-brosse métallique :













Les résultats sont trop insuffisant pour un décapage totale du châssis avec ce procédé. Il faut donc que je trouve une autre solution.

Le chantier commence à prendre forme, il va falloir que je trouve des rangements pour mes outils; un établie solide, un support pour mon châssis et un autre pour ma caisse etc etc. Il faut également que je tire un câble électrique depuis chez moi ( environ 50mètres) pour pouvoir utilisé ma propre électricité, et non celle du voisin ( !!! )
En parlant de support fiable pour ma caisse, je réfléchie à la conception d'un support de caisse rotatif. Je veux qu'il me permette de travailler sur celle ci, sans demandé de l'aide à mes voisins à chaque fois que je veux la tourné, et de plus, je veux pouvoir la laissé sous une bâche, hors d'atteinte des eaux qui pourrait couler sous celle ci. Je m'inspire donc d'une ingénieuse invention, glané sur internet, pour fabrique un.... tourne broche pour jeep ! :

Ce système permet de pouvoir faire tourné la caisse de ma jeep sur un axe, à la manière d'un poulet embroché au dessus d'un barbecue... N'étant pas très fournie en poutre de bois, j'utilise de grande barre de fer récupéré gratuitement pour la réalisation de cette curiosité.

Soudure, pliage, boulonnage, ça commence à prendre forme...


Bien, je laisse un peu de coté la rôtissoire (qui me demande encore quelques moments de réflexion avant de fabriqué le système axiale) pour m'occuper du châssis.

Le lendemain soir, je vais voir mon ami Alain qui me propose 2 jantes et une demi jante américaines dites " de combats " pour 100euros. C'est correct ! Il ne m'en reste plus que 2 et demi à trouver :)

Bien , il est temps de retourné au chantier, avant de commencer à décaper le châssis, je lui passe un petit coup de karcher afin de casser les concrétions de crasser à l'interieure des longerons:





Au premier coup de karcher, la toute dernière couche de peinture kaki qui recouvrait la peinture sable se décolle très facilement.


Après ce petit nettoyage à grande eau, cela me permet de discerner les soudures entre les pièces à découper.

La traverse arrière est la première pièce à faire les frais de ma nouvelles disqueuse: On voit en arrière plans les jantes de combats acheté récemment.

Je découpe également les 4 mains de par-choc avant et leurs soudures.



Petit problème: ma jumelle de ressort arrière gauche est complètement bloqué. Clé à choc, coup de masse, rien à faire, elle ne bouge pas...

Bon on verra plus tard, il faut que je réfléchisse au moyens de la sortit tout en la préservant...

Restauration du mois d'août.

Allez ! Ils est temps de commencer le décapage de la rouille, et de la peinture qui recouvre mon châssis :

Mon équipement:


-Casque anti bruit



-Masque protection voie respiratoire protection P3 (le minimum contre la poussière de silice dégagé par les micros impact du sable utilisé)









-Casque intégral de soudeur









-Une grande plaque de plexiglas transparente me permettant d'y couper des petites visières " jetable "pour le masque ( une visière tout les 25 kilos de sables. Lors du sablage, les grains de sable projetés sur la pièce rebondissent sur la visière du masque et la rende opaque, identique à l'aspect d'un flacon de parfum en verre dépoli. )









-Une sableuse à air comprimé sans eau relié à :









-Un compresseur 500 litres 8bar.









- 250kilos de sable extra siliceux par sac de 25kilos









- Une veste militaire allemande des années 90









- Pantalon militaire,









- Chaussure de rando





Avec tout ça, je suis bien protégé, je sable à l'extérieur et à l'ombre; mais bonjour la chaleur sous cette équipement de força ! J'essaye de me mettre à l'ombre, mais le soleil de la cotes d'azur en pleins mois d'août est assez coriace, le sablage est très pénible, tant pas le bruit, que par la chaleur, la transpiration étouffé sous les masques, etc etc... Je fais des pause toutes les demi heure, et à la fin de chaque demi heure de sablage, toujours cette sensation de devenir débile, agar, comme sonné... Pas facile, pas facile...







Le sablage est vraiment très efficaces, dans les coins des recoins, c'est un vrai bonheur. Parcontre, sur les surfaces plane, c'est vraiment très long, je dirais environs 5cm² à la minute... Pour la caisse, je pense que je sablerais uniquement les recoins ou les endroits inaccessible à toute autres machines. Voilà un aperçu de la couleur de ma jeep avant sa dernière couche kaki : Blanc cassé et pèche...

J'en profite pour sabler les petits éléments découper de mon châssis avant d'être ressoudé, ici mon renfort de longeron gauche, qui était soudé dans le longerons droit... et toujours cette peinture pèche...
Ici mon support d'amortisseur avant droit, normalement soudé sur la mains de par-choc. Sous les couches de peinture, découverte de 2 marquages à froid identique : le chiffre 14 dans un ovale... What is it ?

Après réflexion, je pense que j'aurais du décaper les petites pièces avec le touret à brosse métallique... Beaucoup plus rapide, et moins pénible physiquement...

Comme un week end ne représentant que 24h de travail, je ne peux sablé que la moitié du châssis en une journée, et donc d'apprêter la moitié terminé le soir même afin d'éviter toute réapparition de rouille du à l'humidité ambiante de la nuit sur le métal complètement nu.

Voici donc la partit avant sablé, et la partit arrière intact:

Heureusement, le voisin me prête sont petit compresseur 50litres pour ma première au pistolet à l'antirouille US:
A la fin de ce demi châssis, j'ai passé 250kilos de sable, environs 8heures de sablage, 10visière de plexiglasse, un embout conique de sableuse, X litres d'eau... Dur dur !
------------------------------------------

Et voilà, le lendemain matin, une vue sur mon chantier de sablage. D'un coté il est intact, dans son jus; de l'autre, joliment apprêté en rouge, et soigneusement emballé pour le protégé des projection du sablage d'aujourd'hui.




href="http://4.bp.blogspot.com/_EknXvbrwSes/RyOm1sXYvZI/AAAAAAAAA90/TU4XwkTjEmY/s1600-h/DSCF0334.JPG">

Et voilà, la deuxième partit est sablé, oui mais voilà, il reste toujours mon problème de jumelles coincé, inutile de peindre le châssis si c'est pour abîmer l'apprêt en décoinçant la jumelle.

Bon, après avoir injecter quelques jours auparavant du dégrippant, je retente une sortie de crise à la clé à choc.... Échec, elle ce tort, ce plie, mais ne veux rien savoir de plus cette bourrique... Bon DZZZzziiiii hop coupé en deux à la disqueuse, foutue pour foutue autant ce facilité l'accès pour travailler... Le beau père viens en renfort à l'aide d'un chalumeau oxygène/ acé..., on chauffe à rouge, clé à choc ça ne bouge pas... On réchauffe, huile, clé à molette, clé à pipe, ça ne bouge pas.... Incroyable ! Bon, et bien dernière solution, il faut percer...


Un petit trou d'abords...
Puis un trou plus conséquent...
Foret encore plus conséquent, l'axe de la jumelle est réduit en copeaux. Il reste toujours sa douille, comme soudé dans son logement... On chauffe, on huile, on force à la clé, on tape au marteau... KLING ! CA Y EST ! Après plus de 2 heures de combats, la douille sort enfin !!! Ouuuuf ! Et bien ! Voilà donc la coquine, qui nous à donné dans le fil à retordre !:-D Elle était complètement soudé par la rouille... Comme quoi, quand on ne mets pas de graisse là ou ils faut...

Aprèsent, il faut dégraisser à l'acétone tout la zone aspergé d'huile avant d'âpreté la deuxième partie du châssis.

Et voilà , c'est prêt à peindre:

Entre temps, j'en ai profité pour boucher quelques trous au mastique armé, ici le trou de fixation du boîtier de dérivation électrique, vous vous souvenez ?




De plus, j'ai fait des essais de camouflage de la réparation par soudure de mon longerons à l'aide de mastique armé. Pas terrible, ça ne tiens pas sur l'antirouille, il faut que je redécape cette petite zone avant de la mastiquer... On voit bien sur la photo le longerons coupé en 2 car sans doute plié et remise en place à l'aide de lamelles de fer, soudé entre elles..
TADA ! Et voilà ! Mon châssis est apprêté ! C'est ti pas beau ça ?

Il ne manque plus que ses nouveaux éléments à soudé...

Je commence par remettre en place les mains de par-choc avant; il faut bien les positionner, les caler, les aligner... Tout est OK ? Allez hop, soudure !

Arg, je ne sais pas encore faire de très belle soudure, m'enfin, celle ci est pas mal... On va voir pour les autres...


Et voilà les nouvelles mains de par-choc du longerons droit sont maintenant en place ! Je ne peux pour l'instant pas souder les mains du longerons gauche car mon camouflage au mastique n'est pas terminé...
Mise en place de la traverse arrière. A coté de ça, le positionnement des mains de par-choc, c'était du gâteau... Tire d'un coté, tire de l'autre, tout seul ce n'est pas facile... D'un coté un serre joints, de l'autre une sangle avec " tire fort " pour plaqué la traverse au fond de ses longerons... Le tout résiste, 2 sangles vont casser dans le périples...
Hop ! Tout est bon ? On ne dirait pas comme ça, mais les sangles sont tellement tendue au tire fort, que le mécanisme lui même ce tord sous la tension...
Vite il faut souder avant que la sangle ne lâche... Ouuf ça y est ! C'est fait ! Tout est bien droit, bien aligné ! Quel sport !
Les soudure intérieurs sont solides et jolies, mais celle à l'extérieur n'est pas belles, et assez fragile... Rage, il faut recommencer...

Aucun commentaire: